AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1ère journée

Aller en bas 
AuteurMessage
Anthony Tudor

tudor » le diable, c'est moi !
tudor » le diable, c'est moi !
avatar

➝ Messages : 506
Age : 39

Dossier
Compétences:
Missions:

MessageSujet: 1ère journée   Mar 9 Oct 2012 - 10:52

Postez sous forme de rp votre arrivée au camp d'entrainement.

- Un poste par personne.
- Minimum 600 mots (environ 35 lignes)
- Personnes présentes dans la pièce: Anthony Tudor, Luna Siegfried, Kizashi Hisaku, Océane Holliger, Gabriel Turner et les agents par ordre d'arrivée.

Votre rp se termine dans le dortoir du camps.

Bonn chance mes agneaux ♥

[Tout rp trop court mettra son auteur en situation d'échec et l’exclura du PEI]
Revenir en haut Aller en bas
Léo Medsher

avatar

➝ Humeur : tranquille, mais faut pas trop me chercher^^
➝ Messages : 31
Age : 19

Dossier
Compétences:
Missions:

MessageSujet: Re: 1ère journée   Mar 9 Oct 2012 - 13:20

Léo Medsher venait de se réveiller. Il était quatre heures du matin. La nuit était complète, la lune pleine. Léo devait se rendre pour cinq heures trente heures au programme d'entrainement initial. Au pied de son lit était déposé un sac. Il n'était pas là la veille, Léo en conclut qu'il avait été posé pendant qu'il dormait. Dans ce sac se trouvaient des vêtements sales et troués. Il avait un pantalon kaki troué aux genoux et complètement déchiré à la cuisse, un maillot marron sentant encore la sueur, avec sur ce maillot des taches de sang, de la boue, et d'autres choses poisseuses. Les chaussures étaient dans un tel état qu'on aurait dis qu'un pitbull s'était amusé à les dévorer. Elles étaient grises.
Léo décida, de peur que les vêtements ne soient pas lavés à temps si il les mettait à la machine, de les laver à la main. Il suivit aussi un conseil qu'un t-shirt gris lui avait donné : il ne mit pas les chaussures qu'on lui avait prêté mais ses chaussures personnelles, totalement cleans. Il allait devoir passer 100 jours d'horreur avec les mêmes vêtements, autant qu'ils soient en bon état. Il commença par laver son pantalon puis, grâce aux bases de la couture que lui avaient appris sa mère, il répara cet habit à une vitesse hallucinante, même si raccommoder l'énorme trou situé aux cuisses n'avait pas été une partie de plaisir. Il s'était ensuite attaqué au maillot et avait totalement arraché une des deux manches de ce dernier en voulant la laver un peu mieux. Il avait encore une fois du recoudre et avait ensuite recommencé à laver son maillot. Petit à petit il avait découvert que ce dernier était blanc et non pas marron. Léo commença à avoir vraiment peur. Le programme d'entrainement initial était il si horrible. Pouvait on rendre un maillot blanc marron en peu de temps à cause du pei? Il avait la boule au ventre, était balloté entre plusieurs idée contradictoires, comme une balle de ping pong. Il avait une peur démentielle. Qu'allait il lui arriver une fois lancé dans le pei. Les instructeurs était ils si sadiques qu'on lui avait dis. Dans tout les cas, Léo s'était promis de tenir le coup et il tiendrai cette promesse.
Il partit se doucher. A la fin de cette séance de lavage, Léo ne pourrait peut être plus avoir de douche chaude pendant cent jours. Si il tenait ces 100 jours... Il repensa à d'heureux souvenirs sur le campus comme les parties de paintball. Il repensa aussi à ses amis, Quentin et Peter par exemple, et à ses "ennemis", Aliena et Jack. Ennemi entre parenthèses, car, comme Léo se doutait, Aliena et Jack n'étaient rien niveau méchanceté comparé à Tudor. D'ailleurs, selon le papier, Tudor serait cette année accompagné d'autres sadiques : Luna Siegfried, Kizashi Hisaku, Océane Holliger et Gabriel Turner.
Léo sortit de la douche et mit les habits qu'on lui avait distribués. Il remit aussitôt les 8 réveils _qu'il avait cachés un peu partout dans la chambre de peur que les instructeurs ne les dérèglent_ à leur place habituelle : sa table de chevet. Il prit son mp3, un livre et dévalisa son frigo personnel_rempli de toutes les sucreries possibles et inimaginable ainsi que de spaghetti_ se mit sur son lit et mangea quelques sucreries tout en lisant Fablehaven et en écoutant tantôt du sexion d'assault, tantôt du renaud, tantôt du brassens. Quand il eut fini les dernières pages de son livre, Léo remarqua qu'il était 5 heures du matin... Plus qu'une demi heure. Il reposa les sucreries dans le frigo, rangea son livre et son mp3 et se regarda dans le miroir: vêtu comme ça il ressemblait à un militaire raté. Léo prit son sac et se recoiffa. Il se posai des questions. Qui seraient ses camarades. Cedric, Quentin et Peter y seraient ils??? Est ce que les assistants des instructeurs auraient à un moment ou à un autre un moment de faiblesse et pouvait on comptait sur cet atout. Et la grande question : est ce que je tiendrai le coup?? Il le voulait, evidemment, et aurait été prêt à se couper une main pour avoir ce foutu t-shirt gris, mais il aurait suffit de peu pour que Léo n'ai pas son t-shirt. Et si il faisait une gaffe ou se faisait prendre en grippe par les instructeurs ou ses camarades dès le premiers jours?? Et si il avait une grave blessure. Tant de facteur qui pourrait le faire échoué. Mais Léo decida de ne plus y penser.
Léo descendit les nombreuses marches menant au hall, subissant les effets de la peur et de l'excitation en même temps. Il reconnu deux trois visages d'agents matinaux et les salua. Il entendit encore et toujours cette phrase en guise de réponse " bonne chance pour le pei, tu vas en baver, crois moi, mais après tu sera agent" . Tss.... Comme si il ne le savait pas, mais surtout, comme si ça atténuait sa peur. Léo savait que ce pei était la chance de sa vie d'exceller enfin, de pouvoir faire ses preuves et d'avoir meilleure réputation. Léo arriva à la cantine. Après les sucreries, il fallait qu'il mange quelque chose de vraiment consistant. Après avoir avalé rapidement ce repas, Léo se dirigea vers le dortoir du camp. La peur le clouait et à deux reprises il faillit vomir. Il regarda sa montre. Il était 5 heures 12. Léo avait le temps. Par nostalgie, il alla au pas de course sur le terrain d'athlétisme et couru, couru, jusqu'à ne plus entendre comme son que le bruit répété de sa respiration. Puis, à 20, Léo décida d'aller en marchant à l'endroit maudit par tout les agents, le camp. Léo savait que si un instructeurs voyait sa montre, il lui casserait. Il décida donc de l'enterrer à un endroit repérable, il reviendrai la chercher plus tard. Il entra dans le sanctuaire des sadiques, le camp, à 5 heures 25 précises. Il entra au lieu de rendez vous, le dortoir.
Il constata que c'était le premier t-shirt bleu ciel à y entrer. Il repéra au coin de la pièce, les instructeurs.
Bonjour, Léo Medsher au rapport.
Léo frémissait de peur et entra dans la pièce, suivit pas les regards des instructeurs. Léo se dit qu'ils y étaient déjà passé aussi, et que ce n'était qu'une étape dans la vie d'agent. Il décida donc de se tenir droit et de ne faire sentir aucune peur.
Revenir en haut Aller en bas
Alex Svensen

avatar

➝ Humeur : Impatient de passer le PEI
➝ Messages : 39
Age : 17

Dossier
Compétences:
Missions:

MessageSujet: Re: 1ère journée   Mar 9 Oct 2012 - 14:14

Alex Svensen se réveilla à 4 heures 30 du matin. Il n'avait dormi que quatre heures mais cela lui suffisait et de toute façon, il n'aurait pas pu dormir plus car il était trop excité. La nouvelle session du programme d'entraînement initial débutait ce matin-là, et il était incapable de faire le vide dans sa tête. Il devait se présenter au camp à 5 heures et demi du matin, il avait donc le temps de prendre une douche afin de commencer les 100 jours en étant propre. L'eau froide commença à lui tomber sur la tête, et c'était la dernière fois qu'il allait la réchauffer avant la fin du programme. Du moins c'était ce qu'on lui avait dit: douche froide au programme. Ce n'était pas si horrible pour Alex, qui ne craignait pas le froid, mais une chose était sûre: ça allait en endurcir plus d'un.

Il sortit de sa salle de bain et se dirigea vers son lit, où il aperçut un sac à dos et un uniforme. L'uniforme était composé d'un T-shirt bleu ciel avec le numéro 7 imprimé dessus, d'un pantalon militaire en treillis, d'une paire de Rangers et de sous-vêtements usés. Alex n'avait aucune intention de porter un caleçon et des chaussettes dégoûtantes ainsi que des chaussures bonnes pour la poubelle. Il prit donc soin de prendre ses propres chaussettes et enfila un boxer à lui avant de faire de même avec ses Rangers. Puis il laissa dans un coin de sa chambre les affaires inutiles. Il garda en revanche le T-shirt numéroté et le pantalon.

Il examina son sac par la suite et constata qu'il y avait des choses parfaitement inutiles comme des pierres destinées seulement à alourdir ce que les recrues porteront. Le jeune homme les laissa dans le doute qu'elles seraient imposées. Déjà un dilemme posé par les instructeurs! Il sentait qu'il allait endurer beaucoup lors de ce programme. Gagner le statut d'agent opérationnel était désormais son seul et unique objectif et il était prêt à tout. Il était 5 heures 15 et il était désormais prêt à partir. Il jeta un dernier coup d'oeil à sa chambre, à sa précieuse Gamecube et avança vers la porte de sortie.

Lorsqu'il tira sur la porte pour la refermer, Alex ressentit un étrange frisson: il perdait son assurance. Cette fermeture de porte venait de mettre fin à une partie de sa vie et une nouvelle allait commencer: elle durerait 100 jours si tout se passe bien et enchaînerait sur une palpitante vie d'agent. Au moins, Alex ne pouvait pas mieux passer ce séjour infernal: toutes les personnes qu'il appréciait ou presque étaient également présentes. Esteban et sa soeur Elodie, Bastian, Seth et Quentin et puis les autres avec qui il n'avait pas encore sympathisé. Ils devaient s'entraider pour réussir. Alex venait de se remettre en confiance en passant à eux. Il repartit donc d'un bon pas.

En traversant le campus, il repensa à son ancienne vie: à l'époque, il était loin de se douter qu'un jour le petit londonien gâté qu'il était deviendrait un agent des services secrets britannique, et ce à 11 ans! Il était juste insouciant et vivait une existence paisible mais après de mûres réflexions, il savait que sa vie au campus était celle qui lui correspondait le mieux. Il adorait le campus et s'était fait des amis bien plus chers que ceux de son enfance à Londres. Il continua d'avancer en pensant à tout ça et arriva au camp. Quelques mètres devant lui, il aperçut Léo Medsher une autre recrue qui arrivait également. Il entra derrière lui et rejoint le dortoir en le suivant. Il l'entendit indiquer sa présence aux instructeurs:
Bonjour, Léo Medsher au rapport.
Alex le rejoint et ajouta:
Accompagné d'Alex Svensen!
Il sonda du regard les instructeurs et les auxiliaires l'accompagnant. Il fit ensuite un signe de tête en guise de salut à son camarade bleu ciel. Enfin, Alex croisa le regard de Tudor avec une expression de défi qui signifiait qu'il était prêt. Prêt à être accueillit en enfer par le diable en personne.


Dernière édition par Alex Svensen le Dim 21 Oct 2012 - 14:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bastian Clark
Newbie »
Newbie »
avatar

➝ Humeur : Je passe le PEI...
➝ Messages : 93
Age : 19

Dossier
Compétences:
Missions:

MessageSujet: Re: 1ère journée   Mar 9 Oct 2012 - 16:57

Aujourd'hui, mon réveil sonna à 4h pétantes! Eh oui, le grand jour est enfin arrivé! Le premier jour du PEI! J'étais à la fois excité, pensif et je me demandais si toutes les atrocités qui concernaient le PEI dont parlaient les agents opérationnels étaient vrai... Je ne voulais pas être en retard dès le premier jour! Je me douchais et après je m'habillais avec les affaires propres que j'avais récupérées la veille. Pour le PEI nous n'avions pas d'affaires de rechanges donc il était préférable pour moi de prendre des affaires neuves et propres histoire de bien démarrer le PEI. Je mis dans le sac qui avait été déposé sur mon lit mes rangers cirées, mon pantalon de treillis propre, mon t-shirt bleu ciel avec le numéro 2 dans le dos et des chaussettes propres. Après avoir fais le bilan de mon sac, je me suis rendu compte qu'il était un peu trop lourd! Je regardais au fond et surprise! Il y avait des pierres et des rangers sales et boueuses! J'enlevais ces désagréments puis je refermais mon sac.

Je pensais à Tudor et son célèbre et tant craint caractère, il ne me faisait pas peur car quand j'étais plus jeune, les brutes de mon écoles ne me faisaient pas peur non plus et ce n’était pas cet instructeur qui allait faire de moi une poule mouillée, au contraire j’attends de lui qu'il fasse de moi un vrai dur! Oui, un agent opérationnel! Je m'étais juré au plus profond de moi même que je réussirais ce programme d'entraînement initial! Oui, ces "100 jours en enfers" Quand on entend ce nom, ce n'est pas très rassurant... Mais bon je vais réussir pour ma famille, mes amis et tout ceux qui comptent sur moi!! Une fois le sac fait, je regardais mon réveil, 4h 45. J'avais le temps de me reposer... Je regardais sur mon téléphone et j'avais reçu 5 messages identiques:


TR: Bonne chance pour le PEI les amis!!
On est tous avec vous!
On se reverra, et vous aurez votre t-shirt gris!


Halala, ça me fais chaud au coeur et ça me motive de dingue! Mais bon, après le PEI n'avait même pas commencé et je me faisais des idées alors que je ne savais pas ce qui m'attendais... Mais assez parlé je m'étais bien reposé et j'avais pris plusieurs vitamines au chocolat ainsi que 2 barres chocolatées aux céréales. J'étais assez rassuré car la plupart de mes amis participaient à cette session du PEI dont mes 2 meilleurs amis qui sont Esteban Evans et Alex Svensen. Le moment était enfin arrivé, il était 5h et le temps que j'arrive au camp d'entraînement, il serait largement 5h20. J'avançais vers la porte avec un seul et unique objectif: Devenir un agent opérationnel coûte que coûte! Et ça, personne ne pourra m'en empêcher! J’espérais juste que je ne me blesserai pas durant le PEI sinon, je devrais attendre la prochaine session du PEI pour le statut d'agent opérationnel. Je ferais tout pour ne pas me blesser et pour atteindre mon but.


Ça y est! J'étais sur le seuil de la porte, je jetais un dernier coup d’œil à ma chambre du bâtiment principal, à ma petite réserve de nourriture dans le frigo puis je fermais la porte. La dernière fois pour 100 jours... En enfer! En sortant du bâtiment principal, je ne croisais pas beaucoup de monde, ce qui été plutôt normal. A 5h10, personne ou presque ne s'étaient levés. En sortant, une bouffée d'air frais m'envahit la gorge! Quelle sensation agréable... Contrairement au camp d'entraînement qui respirait la boue et la sueur. La nostalgie m'envahit à son tour... Pourquoi...? Pourquoi devoir le passer... NON! STOP! Pas de pensées négatives! C'était comme si... Pour la première fois de ma vie... J'avais peur! Vraiment peur!

Programme d'entraînement initial, ton heure a sonné!

J'avais décidé de ne pas avoir peur, c'est ce qui me motivait et je comptais bien tenir mes engagements! Le camp se rapprochait et ma peur se dissipait peu à peu. Au loin, j'apercevais une silhouette... Elle entrait dans le camps d'entraînement... Mais elle était à peu près de ma taille et cette chevelure blonde qui volait au vent... Oui, C'était Alex, Alex Svensen! Il était arrivé avant moi! Soudain, je me surpris à être heureux... Avant d'entrer dans le lieu du rendez vous qui était le dortoir du camp, je pensais à ce que deviendrait ma vie si je devenais un agent opérationnel... Une vie pleine d'action... De missions... D'aventures... Héhé la c'est bon dans ce programme d'entraînement initial, je mets le paquet!


J'entrais enfin, dans le camp, j'entendais les agents qui étaient déjà arrivés faire part de leur présence. J'entrais à présent dans le dortoir, l'endroit était... comment dire... Bizarre... Mais je ne perdais pas de temps pour observer le dortoir, je me dirigeais vers les instructeurs du programme d'entraînement. Le jeune Léo Medsher et Alex Svensen étaient arrivés avant moi et ils se présentaient, ils avaient l'air très sérieux... Chose qui était assez étonnante chez Alex.

Bonjour, Léo Medsher au rapport.

Alex s'empressa d'ajouter:


Accompagné d'Alex Svensen!

C'était le moment de faire une bonne impression, je m'avançais et adressais la parole aux instructeurs.

Bastian Clark, Prêt à suivre le programme d'entraînement initial!

Je regardais attentivement mais sans leur lancer un regard défi les instructeurs, ils avaient un petit sourire narquois sur le bout des lèvres, ils nous regardaient tour à tour: Alex, Léo, Moi, Alex... Ils étaient prêt à nous en faire baver...


Dernière édition par Bastian Clark le Mer 10 Oct 2012 - 15:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Evans

avatar

➝ Humeur : En manque d'affection...
➝ Messages : 64
Age : 17

Dossier
Compétences:
Missions:

MessageSujet: Re: 1ère journée   Mar 9 Oct 2012 - 19:32

Aujourd’hui c'est la veille du PEI, que de stress !!! Au moment ou je me décidais a manger je croisais Alex Svensen et Bastian Clark et on décida ensemble d'aller "manger", du moins essayé... Nos ventres étaient tellement noué qu'on avait l'impressions qu'ils s'étaient tordu en plusieurs tours sur eux même... Mais bon même si nous traînons des pieds nous arrivions quand même au self, Je pris qu'un seul verre d'eau... C'était la seule chose que j'arrivais a avaler, trop stressé, je devient blanc, puis je fonçais dans ma chambre a la sixième vitesse dans ma chambre et je régurgitais ce seul petit verre d'eau qui était passé difficilement... Je m'assis sur mon lit et contemplé mais mains qui tremblais... C'est quand même vraiment flippant 100 jours avec Anthony Tudor... Brr 100 jours en enfer et accueilli par le diable en personne, chouette vacances ! Cette dernière pensé me fit sourire, puis je me décidais a prendre une journée de repos pour être au meilleur de ma forme, je m'allongeais dans mon lit, bien au chaud sous ma couette et regardais l'heure: 15h34. Puis sans même m'en rendre compte je m'endormis dans un sommeil sans rêve.

Au petit matin je me réveillais: 2h01. Je me réveillais doucement et remarquais deux chose: la première est qu'il y avait un sac sur mon bureau, et le deuxième j'avais un petit mot a côté. Je pris mon courage a deux mains et me levais de mon lit, enfila un giilet (parce que a 2h00 du mat' il fait froid quand même !) et lisait ce petit mot qui m'informais que j'était attendu avec ce sac a 5h30 au camp d'entraînement. Baa j'avais 3h30 devant moi, je me réveillais alors d'une façon un peu dure, j'allais courir dehors sous le froid, un petit footing très matinal ne peut jamais faire de mal, je faisais alors mon petit footing quand je me disais que malgré ces 100 jours d'horreur qui m'attendait, si je devrais reccomencer je reccomencerais tout, je... Je me souviens encore de ces moments en Espagne, lorsque je suis devenu le souffre-douleur favori des brutes de mon école, cet a cette époque que j'ai appris l'art de courir et de la fuite... J'était devenu très rapide mais ma mère en apprenant sa décida de m'inscrire a un cours de karaté privée, je croyais a l'époque n'avoir rien appris mais mon entraînement a Cherub ma prouvé que même si j n'avais pas l'impressions d'avoir retenu ces kata ou autres coups, j'en maîtrisé certain et d'autre me disent quelque chose mais maintenant ses l'entraînement a Cherub qui passe... Puis je me rendis compte que cela faisait une belle une heure et demi que je pensais a mon passé, je pris alors le chemin de ma chambre, fit couler de l'eau de la douche et pris ma dernière douche chaude avant longtemps... Une fois cette délicieuse douche fini je regardais enfin ce sac, un t-shit bleu-ciel comportement le numéro 4, un treillis et des rangers très boueuse, je décidais de garder mes vêtements sauf mon t-shirt que j'échangeais avec celui du sac, je tentais de soulever le sac et... Je remarquais qu'il y avait une tonne de pierre dedans ! Je décidais alors de prendre juste le sac avec rien dedans.

Je me dirigeais alors vers le camp d'entraînement, je vis devant moi Léo Medsher, Alex Svensen et Bastian Clark, Il arriva après la dernière phrase prononcé, je m'exclama fier, je n'avait plus peur (bon un peu quand même) mais je suis prêt !

Esteban Evans, prêt a subir l'enfer !

Il fixa intensément Le Diable en particulier mais observer tout le monde quand même. L'Enfer commençait...


Dernière édition par Esteban Evans le Mer 10 Oct 2012 - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://emeraude-ou-irianeth.lebonforum.com
Anthony Tudor

tudor » le diable, c'est moi !
tudor » le diable, c'est moi !
avatar

➝ Messages : 506
Age : 39

Dossier
Compétences:
Missions:

MessageSujet: Re: 1ère journée   Mar 9 Oct 2012 - 20:02

    Tudor se pourléchait les babines. Tous ces petits crétins qui semblaient tous fiers de le défier du regard. Mais l'instructeur savait qu'au bout de seulement 3 jours, la moitié d'entre eux avalerait de la terre si il l'ordonnait.

    Il regarda un avorton blond qui voulait le défier en le fixant. Il consulta sa montre, qui indiquait 5h30. Le mioche s’appelait Svensen mais pour 100 jours, ce serait N°7.


    - Numéro 7. Tu vas faire le malin en faisant des pompes. Tu as intérêt à soutenir un bon rythme sinon tu risques d'en faire bien plus! Tu pourras t'arrêter quand les autres seront tous là.

    Il le regarda s'allonger sur le sol sale du dortoir.

    - Océane, va devant la porte et empêche les autres d'entrer avant 5h59. Ceux qui passent rajouteront 30 minutes à ce pauvre petit 7.

    Un sourire sadique étira les lèvre de Tudor. S'il avait beaucoup d'estime pour Océane, Luna, Gabriel ou Kizashi, il considérait les recrues comme des moins que rien. Rares étaient ceux qui avaient su susciter son intérêt au PEI. En tout cas, ces 100 jours s'annonçaient jouissifs!
Revenir en haut Aller en bas
Océane Holliger

avatar

➝ Humeur : Maussade...
➝ Messages : 46
Age : 17

Dossier
Compétences:
Missions:
Topics & Cours:

MessageSujet: Re: 1ère journée   Mar 9 Oct 2012 - 20:51

Bonjour, Léo Medsher au rapport.

Accompagné d'Alex Svensen!

Je me réveillai en sursaut, les paroles des nouveaux arrivants me faisant sortir de ma léthargie profonde... Dormir debout en tous lieux tous cadrans était devenu l'une de mes spécialités favorites depuis mon admission à CHERUB... Un agent secret manque toujours de sommeil, et s'obstine indéfiniment à le rattraper, surtout lorsque l'agent en question n'est âgée que de 10 ans à peine...

Bref, j'ouvris donc les yeux sur les deux nouveaux venus... Je ne les connaissais pour ainsi dire pas du tout, mais le petit topo prévu par Tudor quelques heures auparavant m'avait au moins permis de les reconnaître grâce au trombinoscope qu'il nous avait préparé.
Ces deux agents, dont l'un me semblait t'il était Alex Svensen, je les enviais sincèrement... Ils avaient sans doute la pétoche, mais ils n'avaient aucune idée de l'organisation qui se cachait derrière le PEI... Car eux au moins devaient s'être réveillés aux alentours de 5 heures du matin... Pour ma part, je bossais depuis les premières heures de la journée... Autant dire que tout ceci n'était pas réellement une partie de plaisir... Surtout lorsque l'instructeur en chef avait une dent contre vous...

Tant pis, je me vengerai en écrivant un article pimenté à son sujet, j'avais d'ailleurs quelques infos d'un grand cru, et j'espérais en récolter de plus amples en participant à ce PEI...
Bien sûr, je ne faisais office que de bouc émissaire... C'est la raison pour laquelle Tudor m'envoya aux alentours des deux heures du matin remettre un sac empli d'objets inutiles, ainsi des vêtements que je n'aurais porté pour rien au monde... Il m'avait demandé également de débrancher tous les réveils avant de revenir dans la petite cabane qui nous servait de lieu d’accueil pour les nouveaux participants à la session N°9. Bien sûr, je n'en fis rien, et laissais en place chacun des réveils même les plus apparents.
En fait, je lui rendais là un fier service à Mr le Sadique en Chef, car lors de la prochaine session, peu de gens penseront à bien les cacher... Les futurs gris expliqueront aux suivants qu'ils n'avaient pas eu réellement de problèmes de réveils le premier jour...

Bref, je me sens aller à la dérive là... A quoi pensais je donc? Ah oui, quelle idée me traversa l'esprit lorsque je vis l'affiche placardée dans le hall, de m'engager dans cette galère? Car bien que jouissant d'un statut particulier, je savais que Tudor allait m'en faire voir de toutes les couleurs, presque autant que pour les jeunes recrues...
On dit toujours de moi que je suis folle, c'est peut être la vérité, mais je crois que cette fois ci, l'envie d'en savoir plus sur l'instructeur en chef fut la plus forte, surtout après ce que l'on m'a raconté à propos de Max Kulkyklia dans un mail anonyme. Peut être bien aussi la morgue... Ou la fierté de montrer mon t-shirt bleu marine à des agents encore bleu ciels et de deux ans mes aînés pour la plupart...

Deux autres agents arrivèrent en trombe pendant que le petit blondinet que j'avais reconnu fixait Tudor... Un regard de défi qui en disait long...
Si Tudor te voit, tu vas en baver mon coco... A ta place, je me tiendrais à carreaux pour les cent jours qui vont venir... De toute façon, tu le comprendras bien assez tôt je suppose.

Bastian Clark, Prêt à suivre le programme d'entraînement initial!

Esteban Evans, prêt a subir l'enfer !

Et en plus ils racontaient n'importe quoi les nouveaux... Comme s'ils étaient prêts à subir l'Enfer...
Je regardais ma montre... 05h29 et 30 secondes... les autres allaient être en retard... En plus, je ne leur avais pour le coup, fait aucune crasse... Pas possible que deux tiers de la promotion soit incapable d'arriver à l'heure le premier jour...

Alors que je regardais impatiente, la suite des évènements, je surpris Tudor lui même en train de surprendre le regard du garçon portant le t-shirt N°7.... Le pauvre, le débile aussi...
La réponse ne tarda pas à fuser... Je consultais ma montre au même moment, et me préparais à partir, enfilant un sweat pour affronter le froid matinal.

Numéro 7. Tu va faire le malin en faisant des pompes. Tu as intérêt à soutenir un bon rythme sinon tu risques d'en faire bien plus! Tu pourras t'arrêter quand les autres seront tous là.

Il me faisait bien rire celui là... A faire le guignol, il venait déjà d'entrer dans la ligne de mire de l'instructeur en chef, et ce dernier se délectera sans aucun doute de le recadrer à chaque fois qu'il n'obéira pas à la lettre à ses ordres...
Le pauvre...
Mon tour vint alors, et je m'avouai alors assez surprise. En effet le ton de Tudor était plutôt chargé d'estime comparé au message qu'il venait de transmettre au bleu ciel... Avait il réellement de l'estime à mon égard ou tout ceci n'était ce qu'une façade pour faire croire à un groupe soudé? Il y avait anguille sous roche, et j'étais bien décidée à élucider ce mystère...

Océane, va devant la porte et empêche les autres d'entrer avant 5h59. Ceux qui passent rajouteront 30 minutes à ce pauvre petit 7.

Je partis donc en trottinant vers la sortie, mais arrivée au niveau du bleu ciel qui commençait sa série de pompe, je lui soufflais dans un murmure:

Dis toi que tu es le plus chanceux de tous... Je ne te dis pas le sort que je dois réserver aux retardataires...

Je continuai alors mon chemin, dans la fraîcheur de la matinée, en direction de l'unique accès au campement.
Arrivée là, j'attendis patiemment qu'une nouvelle tête fit son apparition... Ce qui ne dura guère longtemps.
Dans l'obscurité, je n'entrevoyais que sa silhouette, mais je fis halte d'une main ferme avant de lancer avec assurance:

Je ne te connais pas, et toi de même je suppose. Tu es en retard au premier jour du PEI, et s'il y a bien un truc que Tudor déteste par dessus tout, c'est bien les tires au flan et les fainéants.
On va donc faire un deal, le choix te revient...
Ou tu te bats contre moi dans les règles de l'art, et je t'explose sur le tatami. Tu rentreras alors à 6h du matin au camps. Et je ne sais pas ce que Tudor te réservera par la suite comme punition.
Ou bien alors je te laisse entrer là de suite au camps, Tudor ne te diras rien, ne te donneras aucune punition, mais l'un des agents déjà sur place endurera la punition à ta place...
Décide toi vite!


Je lui fis mon sourire le plus carnassier... Après tout, j'avais mon rôle de grand méchant sadique à tenir!


Dernière édition par Océane Holliger le Jeu 11 Oct 2012 - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Melodie Wilson

avatar

➝ Messages : 28

Dossier
Compétences:
Missions:

MessageSujet: Re: 1ère journée   Mer 10 Oct 2012 - 10:27

Mélodie était heureuse, elle savait qu'elle allait passer son PEI et justement elle en était folle de joie. Elle ne savait pas quoi dire. Elle rêvait de son T-Shirt Gris dans les bras de Jeff qui lui aussi l'avait obtenu. C'était son rêve, qu'il parte à deux en mission une fois au moins dans sa carrière. Elle savait que sa relation avec Jeff ne durerait pas éternellement, elle n'était pas dupe. Elle savait que toute les bonnes choses avait un fin, mais pour l'instant elle venait juste de commencer et il fallait en profiter. Elle regarda le déjeuner et vit qu'elle était en retard. Elle se dépêcha de déjeuner et de s'habiller vite fait. Elle savoura bien son déjeuner et courra en direction de l'endroit prévu pour aller au PEI. Elle vit une fille qui devait avoir son âge, elle savait qu'elle faisait partie du PEI. Elle était avec son T-Shirt Bleu-Marine et elle ne l'aimait déjà pas. Elle était en retard et elle savait qu'elle allait en baver, mais elle s'en fichait complètement. Elle allait quand même aller au PEI que Tudor soit d'accord ou non. Elle arriva normal avec enthousiaste. Elle savait que ce n'allait pas être la joie. Elle vit Tudor qui était derrière et aussi trois autres personnes du PEI. Elle ne les aimait pas non plus surtout le blond qui s'appelait Alex Svensen. Elle pensait qu'il se la pétait trop et elle pense qu'il devrait arrêter à moins qu'un jour il veuille la main de Mélodie dans sa figure, car oui Mélodie est une personne qui aime faire savoir ce qu'elle pense et elle n'hésitera pas à faire souffrir les autres pour avoir ce qu'elle veut. A part à Jeff bien sur aussi non elle s'en fiche complètement des autres et si il parte du PEI tant mieux au moins il y a moins de concurence. Elle soupira et attendit de voir ce que Océane allait lui dire et en plus elle était assez impatiente, car recevoir des ordres d'une personne comme ça c'était vraiment énervant. Mélodie s'énervait très vite alors qu'est ce cela va être quand Tudor va la mettre à bout ? Elle va lui sauter dessus ? Mais elle serait surement exclue de Cherub et elle ne veut ça pour rien au monde. Elle toisa Océane d'un oeil mauvais. Elle savait que c'était très mauvais.

Je ne te connais pas, et toi de même je suppose. Tu es en retard au premier jour du PEI, et s'il y a bien un truc que Tudor déteste par dessus tout, c'est bien les tires au flan et les fainéants.
On va donc faire un deal, le choix te revient...
Ou tu te bats contre moi dans les règles de l'art, et je t'explose sur le tatami. Tu rentreras alors à 6h du matin au camps. Et je ne sais pas ce que Tudor te réservera par la suite comme punition.
Ou bien alors je te laisse entrer là de suite au camps, Tudor ne te diras rien, ne te donneras aucune punition, mais l'un des agents déjà sur place endurera la punition à ta place...
Décide toi vite



Elle savait ce qu'elle allait répondre, elle allait plutôt faire subir quelqu'un les tortures de Tudor, car être fatiguée des le premier jour ce n'était pas bon du tout. Du coup elle lui sourit malicieusement et lui dit ce qu'elle voulait faire ce qui n'était pas si dur que ça, car elle savait ce qu'elle allait répondre. C'est vrai que c'était cruelle, mais elle n'avait pas le choix. Ce n'était pas le genre de fille qui était solidaire, elle était justement plutôt solitaire et non l'inverse. Depuis qu'elle était avec Jeff peut-être qu'elle avait un peu changer, mais elle restait quand même une personne très solitaire et elle n'avait ouvert que son coeur de pierre à Jeff. Elle sait qu'il passera le PEI avec elle et espère qu'ils seront ensemble, mais de toute façon je ne crois pas que Tudor lui est fait cette faveur.

Je décide que quelqu'un va payer à ma place je préfère économiser mes forces que de les gaspiller dans les punitions de Tudor et je m'excuse d'être en retard, mais bon je sais que cela ne sert à rien. Enfin bref est-ce que je peux passer sil te plait et tu peux dire à Tudor de faire souffrir la personne qu'il veut, mais pas moi. Et je ne préfère pas t'affronter non plus je ne suis pas succidaire à ce point là quand même.


Elle fixa Océane en tapant du pied, puis elle continuait sa route et arriva devants Tudor. Elle le salua d'un coup de tête comme l'on devait le faire d'habitude puis elle se mit à l'écart. Elle se demande qui allait souffrir dans les trois qui étaient là. Elle aurait plutôt pencher pour Alex, mais bon après ça dépend s'il devient son partenaire ce qu'elle ne voudrait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Quentin LeGahec

avatar

➝ Humeur : Impatient
➝ Messages : 52
Age : 17

Dossier
Compétences:
Missions:

MessageSujet: Re: 1ère journée   Mer 10 Oct 2012 - 15:09

"Tabarnak, chu vraiment en retard !"

Pestant à voix basse contre lui-même, Quentin se hâtait vers le lieu de rendez-vous, soufflant comme un bœuf sous le poids du sac à dos. Il ne savait même pas ce qu'il trimbalait dans ce maudit sac qu'il avait trouvé au pied de son lit. Le garçon s'était réveillait bien plus tard qu'il ne l'avait espéré. On l'avait bien prévenu, avec le petit sourire entendu de ceux qui ont déjà franchi le cap du PEI, de mettre toutes les chances de son côté pour justement éviter ce genre de chose le premier jour. Le Canadien savait bien que la réputation de sadisme des instructeurs de Cherub n'était plus à démontrer mais là, quand même… Se débrouiller pour neutraliser toutes les alarmes que le gamin avait dissimulées dans sa chambre, il fallait le faire ! Même celle planquée au milieu des chaussettes sales n'avait pas échappé à la perspicacité des instructeurs.

Chapeau en tout cas ! Réussir à rentrer dans la chambre au milieu de la nuit, à la fouiller tranquillement et à déposer un sac à dos et des vêtements immondes dénotait un savoir faire certains. Pourtant Quentin, persuadé d'avoir le sommeil léger, était certain de se réveiller au moindre signe d'intrusion. Et bien non ! Il n'avait rien entendu du tout et c'était fait avoir comme non nombre d'apprentis agents avant lui.

Il avait cru également se montrer plus malin que les autres en demandant à Cédric Beckett, un de ses camarades, de passer cogner à sa porte pour le sortir du lit en cas de difficulté. Et bien sûr, pas de Cédric ce matin pour lui sauver la mise ! Sympa les copains ! Quentin se promit de lui en toucher deux mots lorsqu'il le verrait.

Bilan, maintenant il courrait vers le lieu de rendez-vous, l'estomac vide, portant un sac à dos bien trop lourd et habillé des fringues dégueulasses qu'il avait trouvées. Enfin il avait mis les vêtements fournis à l'exception des sous-vêtements et les chaussures quand même… Quentin n'avait pas pu revêtir ses immondices et avait enfilé ses propres boxers. De même pour les Rangers ! Celles "fournies" par l'encadrement étaient bien trop abimées et le gamin avait conservé celles auxquelles il était habitué.

Arrivant en vue du dortoir, ses pires craintes se révélèrent exactes. Il avait espéré franchir la porte à 05h29 mais non, il devait déjà être 05h31 ! Il aperçut bien Mélodie Wilson réussir à se faufiler (la veinarde) mais maintenant l'accès au dortoir était bloqué par une gamine. En se rapprochant, Quentin fit une grimace en reconnaissant Océane Holliger, "miss ragots et commérages en tous genres". Il connaissait mal la fillette mais il sentait poindre une pointe de jalousie à la voir avec un t-shirt bleu marine sur le dos. C'était vrai ! Il avait entendu dire que Tudor s'était trouvé des équipiers pour assurer les sales besognes du PEI. Il savait que cette tâche serait assurée par des agents plus expérimentés mais il n'aurait jamais pensé voir une gamine tenir ce rôle. Nul doute que la petite peste allait profiter de son statut pour leur en faire baver le plus possible.

Et ça commençait déjà avec son marché idiot. En somme, Quentin avait le choix entre commencer par se faire casser la gueule pour se faire punir ensuite ou alors, laisser un de ses camarades morfler à sa place. Sympa comme deal… Fallait bien avoir un esprit tordu pour penser à un truc comme ça…

"Tabarnak !", jura-t-il, à voix haute cette fois. "Si j'capte bien : j'me mange une volée et chu puni par Tudor ou j'laisse un autre s'faire décrissé à ma place ? C'est un coup à s'faire passer un sapin, ton marché…"

Bon, de toute façon, le Québécois n'était pas du genre à laisser quelqu'un se faire punir à sa place, quelle que soit cette personne… Il commençait mal le PEI mais tant pis ! Il se rattraperait plus tard…

"Bon, allons vitement sur le tatami.", décida-t-il d'une voix ferme en fixant Océane dans les yeux.

La fillette était plus menue que lui mais Quentin ne se faisait aucune illusion. Il n'aurait pas le dessus, même s'il allait essayer de se défendre du mieux possible.

*En tout cas, zéro pour la technique de drague…*, pensa-t-il néanmoins, l'humour reprenant ses droits. *Compte pas sur moi pour être ton chum après ça…*

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
code couleur : #ABCDEF
Revenir en haut Aller en bas
Izaac Reagan

avatar

➝ Humeur : Geek
➝ Messages : 9
Age : 16

Dossier
Compétences:
Missions:

MessageSujet: First day   Mer 10 Oct 2012 - 18:07

Izaac avait passé la journée précédant le PEI à se préparer … signaler son absence sur de nombreux forums, finir ses derniers Rp en cours, enregistrer tous ses .php et autres, rétablir son pare-feu et crypter toutes ses données, il n'y allait pas de main morte. En bref il passa ses dernière heures de liberté sur son ordinateur, en profitant un maximum. Nirvana sur les oreilles. Ayant une conscience, dès qu'il eut fini, sans oublier de prendre quelques biscuit et de l'eau, il court au hangar à vélo, décrocha le sien en désactivant le code et alla se balader dans tout le campus histoire de décompresser. Izaac avait investi dans un superbe vélo, mi-BMX mi VTT. Avec des suspensions qui lui permettait de rouler au milieu de la forêt, sautant par-dessus les troncs d'arbres coupés. Et des pneus assez résistant pour ne pas crever à tout bout de champs. Quelques après-midi où on l'avait obligé à sortir de sa chambre il l'avait repeins et améliorer un max dans l’appentis qui servait à customiser voiture, kart, moto, tout ce qui pouvait être modifié en gros … Il avait mis des pédales grippantes lui permettant de rester en selle dans les plus violents soubresauts du véhicule. Et avait changé la couleur, optant pour un fond noir pour aller avec le métal gris-noir et des inscriptions bleu métal. Bref, il sauta en selle et pris la direction du terrain de BMX improvisé. Il réussit à sauter au-dessus de trois troncs les uns contre les autres. Puis il tenta de faire un demi-tour sur des tonneaux coller entre eux, se réceptionna mal et sa cassa la figure. Il ne se fit que deux trois égratignures, il était assez prudent pour avoir mis ses protections, de toute manière la direction n'aura jamais accepté qu'il fasse ce genre d'exercice sans rien.
 
Il décida de poursuivre près du lac où il s'arrêta dans un endroit tranquille pour boire et grignoter un peu. On était en juin et des libellules bullaient toujours près du lac. Il les observa tout en sortant de son sac des kit-kat et une bouteille d'eau fraîche, ou plus ou moins … Il enleva ses gants et ouvrit son paquet de gâteau. Une fois son petit goûter achevé il s'allongea dans l'herbe encore verte et humide. Savourant un instant de béatitude le ventre plein. L'air était doux pour un mois de Septembre, mais il redoutait plus les mois de Juin, Juillet et Aout qui promettaient une chaleur étouffante. S'il y avait bien quelque chose qui horripilait le jeune garçon s'était la chaleur. Il ne supportait pas qu'il fasse plus de vingt degrés. Il s'assoupit un moment, profitant de la fatigue pour pouvoir dormir un peu. Mais il fut très vite réveillé par une sensation humide et froide. Il ouvrit les yeux et vit son tee-shirt trempé et couvert d'eau boueuse. Il se jura que s'il retrouvait l'auteur de cette farce, il se vengera. Du fait qu'il soit réveillé et glacé il décida de retourner au bâtiment principal pour se changer. Il fit un détour par le hangar à vélo et courut ensuite jusqu'à sa chambre. En entrant il croisa un tee-shirt bleu ciel qui n'avait pas eu le temps de s'inscrire à la prochaine session, le salua poliment avant d'entrer dans sa pièce. Il retira son tee-shirt révélant ses début d’abdos et sa carrure pas des plus frêle. Qui suscitait parfois l’intérêt des filles ou la jalousie de certains garçons. Il prit rapidement une douche tiède et enfila un nouveau tee-shirt, récupéra sa casquette sur son bureau et descendit au réfectoire manger. Sans s'en rendre compte il était déjà vingt heures passé.
 
Il entra dans la cantine et jeta un rapide coup d’œil aux personnes présentes. Il remarqua sans étonnement que peu de tee-shirt bleu ciel était présent. Il prit un morceau de pain, un steak et des haricots verts. Il s'assit à une table déserte, il avait besoin de réfléchir. Demain il commencera le PEI – programme d'entraînement initial – qui durera cent jours. Autrement dit « cent jours en enfer ». Pendant tout ce temps il ne pourra pas écrire à son frère, Jim. Un sentiment de culpabilité l'envahit. Il avait l'impression de le délaisser. Au fond de lui il savait pertinemment qu'il ne pourrait pas l'oublier mais rien que le fait d'y penser lui tordit l'estomac. Il se souvint qu'à la mort de son père, on l'avait séparé de Jim. Sans aucun ménagement. Il se rappela qu'il avait tapé si fort une des personnes des services sociaux que le sang avait coulés de son poing. Durant les deux ans qu'il avait passé à l'orphelinat, il appelait son frère assez souvent, se levant au beau milieu de la nuit pour aller s'enfermer dans le placard à balais où personne ne le trouverait. Il n'avait pas encore trouvé d'excuses pour son frère. Sur tous ses forums il prétextait des vacances avancées. Mais pour Jim il ne savait pas trop quoi lui dire … Une larme coula sur sa joue, il l'essuya furtivement. Dans ses moments-là il aurait aimé avoir une vie normale avec son frère mais celui-ci faisait des études de médecine, ce qui rendait la cohabitation impossible. Il se ressaisit et se dit que CHERUB était l'endroit idéal pour les gens comme lui qui avait perdu leurs parents, un peu plus doué que les autres, se détachant par certains détails tel que les langues, le sport ou l'informatique. Il inspira un bon coup et se mit à manger son plateau. Une fois le repas fini il se leva, rangea ses affaires et partit en direction du cinquième étage.

Il poussa la porte de sa chambre, se déchaussa, rangea ses rangers dans un coin et s'assit sur son lit. Il se sentit un peu nostalgique, les départs lui font souvent ça. Il regarda pensivement une photo posée sur son bureau, elle le représentait, lui et son père, Mattew. Le jeune garçon devait avoir quatre ans et demi. On le voyait dans une rivière en compagnie de son père. Il apprenait à nager. C'était un été, Mattew avait réussi à obtenir une permission de deux semaines. Durant ces deux semaines ils étaient partit camper avec son frère, au bord d'une rivière. Malgré son jeune âge, Izaac appris à nager durant ses deux semaines inoubliables. C'était la première fois qu'une permission de leur père durait aussi longtemps, pour un jeunot comme lui c'était le rêve. L'eau était glacé mais peu importait, si son père voulait lui apprendre à nager il ne reculera devant rien. Et depuis ce jour, Izaac se le répétait à chaque fois : Si je veux vraiment le faire alors rien ne m'arrêtera ! Et il comptait réussir le PEI en se répétant cette phrase et avec maint efforts bien entendu.
 
Il revint à lui et pour la première fois se demanda ce qu'il devait prendre. C'est vrai ça, on ne lui avait jamais dit quoi que ce soit au sujet des affaires à emporter. Il décida d'ouvrir son armoire et d'essayer de voir ce qu'il pouvait prendre. Il sortit son sac de randonnée, résistant et assez grand. Il sélectionna trois bas de treillis dans un état convenable, environs 7 paires de chaussettes et 9 caleçons neufs, acheté la semaine dernière. Pour les tee-shirts, il avait entendu dire qu'ils devraient en porter un avec un numéro. Il n'en prit donc pas. Il regarda du côté des paires de chaussures et ne vit que ses tongs et ses sandales. Il se souvint alors que la paire de rangers qu'il avait demandés à la direction devait se trouver dans le hangar des fournitures. S'il en avait demandé une nouvelle paire c'est à l'évidence que ses rangers actuels devenaient trop petits, mais il les avait gardées le temps d'arriver jusqu'au PEI pour pouvoir avoir une paire neuve. Il descendit en vitesse. Le hangar était assez grand en longueur mais d'une taille normal en hauteur. Il ouvrit la porte en acier et alluma la lumière. Il marcha jusqu'au fond, là où se trouvaient les réceptions de colis. On y trouvait une table avec un ordinateur. Il suffisait de taper son nom et son prénom ou son numéro d'agent pour les livraisons spéciales, un emplacement était alors indiqué et on pouvait retirer sa commande. C'est exactement ce que le jeune Izaac fit. Une fois la manœuvre effectuée, il se dirigea vers une étagère et chercha l'emplacement 132-C. Après une recherche peu orthodoxe il trouva enfin sa nouvelle paire de pompes. Il la prit et vérifia la pointure. Après s'être assuré que c'était bien à sa taille il remonta jusqu'au cinquième étage.
 
Il rentra pour la énième fois dans sa chambre, et eu l'étonnement de trouver une lettre sur son bureau. Il regarda l'heure : vingt-deux heures. Il n'y avait qu’une explication, la lettre venait de son frère, étant donné qu'il était toujours en Amérique et qu'il l'envoyait à une boite postale qui redirigeait le courrier jusqu'à CHERUB. Il enleva rapidement ses chaussures, enfila ses tongs et se jeta sur l'enveloppe. Il reconnut immédiatement l'écriture italique de son frère aîné. Il ouvrit la lettre à l'aide de son couteau suisse :
 
Salut petit frère,
Tu vas bien ? (je ne sais pas pourquoi je te pose cette question alors que je t'envoie une lettre, tu ne la recevras d’ailleurs pas avant une ou deux semaines, ton humeur a largement le temps de changé d'ici là.) Les études sont toujours aussi dures, et j'aimerai bien avoir des vacances. Je ne sais que le tiers des noms de tous les os du squelette humain, tu te rends compte ? Tu me manques … Papa aussi. Je te promets que dès que je te revois je t’emmènerai voir sa tombe, tu me le demandes si souvent. (Je sais déjà ce que tu vas me dire, « ça fait au moins cinquante fois que tu me le promets. ») Et tu n'as pas tort. Mais ça ne sera pas tout de suite, je vais en venir aux faits … Dans le cadre de mes études je dois faire un stage. J'ai choisi la chirurgie mais on m'a proposé d'aller aux urgences aussi, donc – je ne sais pas si tu te souviens mais je t'avais dit que ça ne durerait que un mois et demi – et j'ai accepté, c'est une vrai chance cette proposition, le problème c'est que je voie la durée du stage doublée. J'espère que tu ne m'en veux pas trop, je t'écrirai à mon retour et j'essaierai d'écrire quotidienne pour pouvoir tout t'envoyer.
Bye, prend soin de toi, Jim.
 
Izaac serra la lettre contre sa poitrine avec un sourire idiot sur les lèvres. C'était la meilleure nouvelle de la journée, voir même de l'année ! Il n’aura pas besoin de donner une explication bidon a son frère pour son absence étant donné que lui aussi n'était pas là. Et puis le jeune garçon était heureux et fier pour Jim, un double stage ! Il décida encore plus qu'il obtiendra son tee-shirt gris, pour son frère et pour son père ! Et personne ne l'en dissuaderai. Il rangea dans le tiroir dans la pochette, destiné à recevoir tout ce qui venait de son frère, la lettre. Constatant que le temps filait à une vitesse époustouflante, il décida qu'il était temps d'aller dormir.
 
Le petit garçon se leva et pris la direction de la salle de bain. Sa serviette avait eu le temps de sécher depuis cette après-midi. Il se dévêtit et rentra sous la douche. Il ouvrit le robinet d'eau froide, autant s'habituer maintenant et puis Izaac n'était pas du genre à craindre le froid. Il se savonna, puis se rinça et enfin se sécha. Il enfila un short de sport noir et un tee-shirt bleu ciel. Il vérifia que son réveil sonnera bien à quatre heures trente, puis, par précaution régla aussi l'alarme sur sa montre et son portable. Il faisait toujours ça pour les choses importantes. Il éteint la lumière et se glissa sous ses draps. Rêvassant un peu, pensant à tout ce qui pourrait lui arriver même s'il était loin de la réalité, il ne finit quand même pas s'endormir au bout d'une heure.
 
Au milieu de la nuit, un homme s'introduit dans la chambre de notre jeune recru, celui dormait si fort qu'il ne s'en aperçut pas. L'homme en question déposa un sac, avec un mot sur son bureau, le sac au pied de la chaise. Puis il se dirigea vers son réveil et le débrancha. Bien sûr il ne savait pas que le petit garçon qui dormait à point fermé avait programmé deux autres alarmes. Il quitta la chambre sans faire de bruit et referma la porte derrière lui.
 
Un bruit strident s'éleva dans la pièce. Réveillant Izaac presque en sursaut. Il avait oublié à quel point la sonnerie de sa montre pouvait être désagréable mais néanmoins très, très efficace. Il se leva, fit son lit au carré tel que son père le lui avait appris. Le lit d'un homme doit toujours être impeccable. Juste avant d'aller manger il se plaça fasse au miroir de sa salle de bain et sortit une tondeuse. Il entreprit soigneusement de couper ses cheveux à ras pour que cela ne le dérange pas durant le PEI. Il avait une coupe militaire une fois le travail achevé. Bizarrement il sourit en regardant son reflet dans le miroir. Il fila à la cantine. Choisi un pain au chocolat et un verre de jus de pomme. La cantine était déserte excepté deux tee-shirts noirs en train de réviser ardemment, certainement pour une épreuve du bac. Il déjeuna en vitesse et quitta la salle sans demander son reste. Une fois en haut il se rendit compte qu'il n'avait pas fait attention mais que quelqu'un avait déposé un sac accompagné d'un post-it :
 
Binôme : Izaac Reagan & Esteban Evans
Numéros respectifs : 3 et 4
Votre instructeur préféré …
 
Il regarda le contenu du sac, un tee-shirt rapiécé portant le numéro 3. Il remarqua que le numéro trois se décousait, il supposa aisément qu'arriver avec un numéro à moitié décousu ne serai pas vu d'un très bon œil, il décida de le recoudre et puis il en profitera pour le mettre sur un tee-shirt neuf. Il sortit un carton de dessous son étagère et en sortit une aiguille et du fil noir qu'il avait gardé lorsqu'il avait déchiré sa casquette l'année dernière. Il prit d'abord le temps d'enlever en entier le numéro, attrapa dans son armoire un nouveau tee-shirt et recousu le nombre. L'opération lui pris une demi-heure. Il se rendit compte avec effarement qu'il allait être en retard. Le PEI n'avait même pas commencé que les instructeurs tendaient déjà des pièges. Il enfila à la vitesse de l'éclair son tee shirt bleu ciel et courut se brosser les dents. Il jeta sa brosse à dent et son peigne dans son sac de randonnée, décidant de laisser le vieux sac ici. Il enfila ses rangers neuves et se hâta vers le camp d'entraînement.
 
Le ciel était déjà clair et dégagé. Une belle journée s'annonçait enfin moins belle pour certains résidents du campus. Quelques personnes compatissantes lui souhaitèrent bonne chance sur son passage. Il regarda une dernière fois les jeunes rouges s'amuser dehors, disputant une partie de foot. Il arriva à l'horizon du camp. Des fils barbelés s’élevaient à environ quatre mètres de hauteur. On distinguait les contours d'un bloc de béton armé. Plus il s'approchait, plus des frissons lui remontait l'échine. À quelques mètre, il s'arrêta le temps de se ressaisir puis d'un pas ferme repris sa marche. À sa grande surprise il vit une jeune fille juste devant la barrière. Il se douta qu'elle n'était pas là pour les accueillir.
Quand il arriva à sa hauteur, elle l'accosta :
 
-      Je ne te connais pas, et toi de même je suppose. Tu es en retard au premier jour du PEI, et s'il y a bien un truc que Tudor déteste par-dessus tout, c'est bien les tires au flan et les fainéants.
On va donc faire un deal, le choix te revient ... 
Ou tu te bats contre moi dans les règles de l'art, et je t'explose sur le tatami. Tu rentreras alors à 6h du matin au camp. Et je ne sais pas ce que Tudor te réservera par la suite comme punition.
Ou bien alors je te laisse entrer là de suite au camp, Tudor ne te diras rien, ne te donneras aucune punition, mais l'un des agents déjà sur place endurera la punition à ta place...
Décide-toi vite!

 
Izaac l'écouta attentivement, il était face à un choix difficile : Soit il se faisait massacrer, et s'il décidait que non un autre le serai à sa place. Puis Izaac repensa à certain mot de la tee shirt bleu marine. « Tu es en retard » Non, il n'était pas encore en retard mais il le sera bientôt s'il décidait de ne pas passer. Une image de son père remonta instinctivement dans sa tête. Jamais il n'avait été en retard, jamais. Ça aurait était un manque de respect total envers son défunt père militaire. Mort avec les honneurs. Il savait que quelqu'un était déjà en train d'en baver, mais ils en baveraient tous un jour ou l'autre. Donc quoi qu'il fasse ça n'y changerai pas grand-chose. En aucun cas il ne tâchera la réputation de son père. Puis il se rendit compte que laisser le jeune garçon trimer n'était pas juste et que son père aurait était déçu par son choix. Izaac n'était pas égoïste. Une nouvelle information se fit : quoi qu'il choisisse, sa décision serait forcément mal. Il pensa qu'il fallait s'entraider opta finalement pour la première option.
 
Il s'apprêta à répondre lorsqu'un souvenir se fraya dans son cerveau. C'était un soir, ou maussade il rentrait chez lui, un incident s'était passé à son école. Il ruminait des idées noires. Et il eut le bonheur de voir que la moto de son père avait changé de place ! Il était rentré, pourtant ça n'apaisa pas beaucoup sa colère. Il ouvrit la porte, trouvant son père assis sur la chaise de la cuisine, toujours en uniforme. Voyant sa mine triste, Mattew fit signe à Jim de les laisser. Izaac laissa tomber son sac et s'assit à son tour sur la table. Son père n’eut pas besoin de lui demander ce qu'il s'était passé. Le jeune garçon lui raconta tout. En classe quelqu'un avait lancé un avion en papier et la personne fautive avait dit qu'il lançait l'avion avec lui. Ce qui était faux. Il s'était alors récolté une punition injustifiée. À ce moment-là son père lui avait dit que s'il avait le choix il ne devait pas assumer les actes des autres. Il réfléchit et prit en compte que si le gamin en bavé déjà c'est qu'il avait dut faire quelque chose. Donc la situation se répétait. Il rendit alors son verdict en fonction de tout ça :
 
-      Je suis désolé mais je ne peux vraiment pas être en retard … Lâcha-t-il dans un souffle.
 
Il passa devant Océane sans complexe et pénétra sur le territoire maudit. Il dut faire environs cinquante mètres avant d'arriver devant l'édifice. Il entendait quelqu'un soufflait. Et il aperçut un jeune garçon portant le numéro sept en train de faire des pompes. D'autres garçons et une fille étaient présents. Il les salua d'un signe de tête et se présenta à son instructeur. Par réflexe il prit formule militaire :
 
-     Izaac Reagan, numéro trois, en binôme avec Esteban Evans, monsieur.
 
Il alla se rangea près des autres et repéra le numéro quatre, son coéquipier pour les cents prochain jours.
Le jeune garçon était blond, les yeux marrons et la peau presque blanche. Il lui trouva quelque chose de sympathique. Le jeune garçon se tenait tranquille et d'une posture respectueuse en vers l'instructeur. Il compta le nombre de pompes que faisait le jeune garçon devant eux dans sa tête pour passer le temps. Bientôt, l'enfer commencera, Izaac repensa à tout ce qu'il avait entendu sur le PEI, puis grava une image de son père dans sa mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Seth Sumner

avatar

➝ Humeur : A fixer au loin
➝ Messages : 14
Age : 17

Dossier
Compétences:
Missions:
Topics & Cours:

MessageSujet: Re: 1ère journée   Jeu 11 Oct 2012 - 21:55

Bâtiment principal
Campus de Cherub
Premier jour du PEI, 6h00

Le réveil sonna à six heures tapantes, la musique rock d’un poste FM déjà agressante de si bonne heure résonnant partout dans la chambre. Seulement, tout ce tapage était bien inutile puisque le jeune homme qu’il était sensé réveillé était debout depuis un bon moment. Effectivement, Seth s’était offert une longue douche, chose dont il devrait sans grand doute se passer pour trois longs mois. Il en profita donc au maximum, savourant chaque goute d’eau chaude comme un jeune de la rue déguste une tablette de chocolat la veille de noël. Lorsque la radio (Toujours pas éteinte celle-là) entama les premières notes de Black and Black, ferma le jet d’eau, se sécha rapidement et enfila un T-shirt bleu-ciel propre, ainsi qu’un pantalon de treillis qu’il s’était procuré la veille. Ils seraient probablement bons pour la poubelle avant la fin de ces 100 jours, mais ce n’était pas de la première importance.

Retournant dans sa chambre, il ferma le réveil et le débrancha, il n’aurait pas à servir avant un moment, et cette machine était aux yeux du jeune homme un véritable instrument de torture. Mais il était nécessaire ce matin-là, comme seconde sécurité, car l’être humain n’est pas parfait.

Pourquoi nécessaire? Car ce jour était sans doute le plus important de sa vie d’un certain point, du genre ou arriver en retard pourrait couter vraiment cher. Normalement, l’horloge biologique interne du jeune homme lui suffisait, mais mieux valait ne rien laisser au hasard…

La cantine étant encore fermée à cette heure, il avait gardé dans le frigo quelques trucs à grignoter, qu’il engloutit en quelques minutes à peine. Mais alors qu’il tentait de saisir son verre d’eau, il accrocha du coude un pot de yaourt ouvert, qui se renversa en lâchant une giclée de son contenu sur le bureau et la moquette. Jurant contre lui-même, il courut à la salle de bain chercher une poignée de mouchoirs et tenta rapidement d’essuyer le résultat de sa maladresse. Pressé par le temps, le jeune homme grogna de plus belle en relevant les mouchoirs trempés et gluants, puis les jeta dans la poubelle avant d’enfiler prestement enfila ses souliers, et fonça vers la porte.

Quittant enfin sa chambre, Seth fixa quelques secondes la porte, regrettant déjà le luxe de ce qui se rapprochait le plus de sa maison. Puis, regardant l’heure à sa montre, il fonça vers la cage d’escaliers –Pas la peine d’attendre cet ascenseur de malheur- et déboula les marches quatre à quatre.

L’air du dehors était fraiche, suffisamment pour que le garçon prenne la direction du camp d’entrainement au pas de course sans se fatiguer sur les quelques centaines de mètres. Arrivant au portail qui constituait l’unique accès à ce camp maudit, il ralentit en voyant que quelqu’un l’y attendait, personne qu’il connaissait plus ou moins bien. Même pas arrivé à sa hauteur, elle commença à débiter un petit discours sur les deux possibilités qui s’offraient à lui, ce qui stupéfia le garçon. La première heure du programme d’entrainement et la souffrance physique était déjà au rendez-vous, ces instructeurs étaient carrément sadiques!

Dévisageant la jeune fille d’un air fatigué, Seth remarqua Quentin LeGahec légèrement en retrait, l’air de dire qu’il était décidé à ne pas faire souffrir quelqu’un d’autre pour son retard. En ce qui le concernait, le New-Yorkais était du même avis que devait l’être son collègue québécois, et décida d’accompagner ce dernier dans la voie de la solidarité, même s’il devait prendre quelques baffes pour cela.

Redressant la tête, il fixa la gamine droit dans les yeux en adoptant une expression faciale inexpressive, même si ses yeux pouvaient trahir son mécontentement, et murmura d’une voix lente, presque agressive :

-Je ne ferai pas souffrir quelqu’un d’autre pour mon maigre retard, c’est ma faute et je l’assume complètement. Alors finissons-en au plus vite, mais ne crois pas que je vais me battre avec toi. C’est toi qui te rabaisse à martyriser des gens de ton âge pour faire plaisir aux instructeurs, pense pas que je vais t’aider à faire chier les autres pour tes beaux yeux.

Sur quoi il alla rejoindre Quentin sur le coté en donnant rageusement un coup de pied sur une pierre. Il fit un signe de la tête à l’autre bleu-ciel pour lui assurer sa solidarité, puis croisa les bras en fixant Océane d’un regard inexpressif.

Y’avait pas à dire, cette journée commençait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Skyra Oxfford

avatar

➝ Messages : 16

MessageSujet: Re: 1ère journée   Dim 14 Oct 2012 - 9:51

Skyra se réveilla en sursaut sa porte venait de se refermer elle regarda sa montre à écran digital il n'y avait plus de piles elle partit en courant dans le couloir, personne elle regardait l'horloge murale elle lut 3h47 elle repartit dans sa chambre puis alluma la lumière en inspectant soigneusement elle alla dans la cuisine puis prit un verre de lait en revenant vers sa chambre en regardant son réveille elle fut si surpris qu'elle renversa son verre, en effet il y avait une petite cage en verre avec une image d'un serpent dessus et elle était ouverte elle chercha comme pas deux elle ne trouva rien elle décida de se recoucher.
un son strident a glacé le sang se fit entendre au bout de son lit elle n'ouvrit pas tous de suite les yeux elle se dit que ça devait êtres le serpent qu'elle recherchait elle prit le couteau qu'elle gardait sous son lit cela la rassurait même si elle savait qu'il ne lui était d'aucune utilité, elle se rendit compte très vite qu'il lui était plus qu'utile aujourd'hui elle retourna les couteaux de façons qu'il ne le blesse pas elle savait qu'il ne pouvait pas la tuer mais elle pouvait avoir très mal si le serpent la mordait et la plaie pouvais s'infecter et remettre en question sa session de son programme d’entraînement initial et elle ne pouvait pas se permettre d'attendre 100 autres jours avant du passé le jour J c'était aujourd'hui !
elle se remémora une cour de survie elle aplatit soigneusement sur le coup assez doucement pour ne rien casser elle le prit par le bout de la queue puis le remit dans sa cage en regardant son réveille elle crut qu'elle allait mourir d'une crise cardiaque il était 5h29 elle vu un paquet elle l'ouvra précipitamment elle vu des affaires en mauvais état a par le t shirt et le pantalon en assez bon état, assez pour tenir 100 jours se dit-elle mais les ranger s c’était tous autres choses, des amis lui avaient conseillé de prendre les siennes elle s'habilla puis fonça elle était déjà en retard, sur le chemin elle vue une fille
lui proposa un deal pour qu'elle ne soit pas en retard elle lui dit:
je ne te connais pas, et toi de même je suppose. Tu es en retard au premier jour du PEI, et s'il y a bien un truc que Tudor déteste par-dessus tout, c'est bien les tires au flan et les fainéants.
On va donc faire un deal, le choix te revient...
Ou tu te bats contre moi dans les règles de l'art, et je t'explose sur le tatami. Tu rentreras alors à 6h du matin au camp. Et je ne sais pas ce que Tudor te réservera par la suite comme punition.
Ou bien alors je te laisse entrer là de suite au camp, Tudor ne te dira rien, ne te donnera aucune punition, mais l'un des agents déjà sur place endurera la punition à ta place...
Décides-toi vite!

elle se dit que le pauvre devait déjà en baver pas la peine de le faire souffrir plus alors elle lui dit:
non allons-nous battre même si je sais que je vais me faire démonter mais je ne veux pas qu'il en prenne plein la gueule a cause de moi!
Elle alla rejoindre Seth et Quentin au fond elle se réjouissait de ne pas être la seul a être en retard et ne pas infliger une plus grosse punitions au martyr de Tudor
salut les gars simpa de ce faire demonter et punir par tudor le premier jours nan on est foutu les gens on est foutu!
Revenir en haut Aller en bas
Jeff Bayam

avatar

➝ Humeur : quand une fille vous brise le coeur vous êtes heureux ... ?
➝ Messages : 16
Age : 18

Dossier
Compétences:
Missions:
Topics & Cours:

MessageSujet: Re: 1ère journée   Dim 14 Oct 2012 - 15:34

Jeff allait participer au PEI. Un truc qu’il pensait faire. Mais pas maintenant... Pas déjà. Mais il le fallait. Pour lui. Pour ses amis. Et surtout pour Mélodie. Il savait que mélodie le passerait alors il n’avait plus hésité une seule seconde. Il s’était inscrit. Et voilà. Maintenant il était là, dans son lit, et il appréhendait le jour J. Plus que six jours. Chaque jour il barrait un jour sur son calendrier. Jeff s’était tout de même fait une petite promesse. Il s’était dit que, s'il ratait son programme d’entraînement, il quitterait définitivement CHERUB. C’était un choix difficile à prendre mais un choix important. Plusieurs amis avaient fait la morale à Jeff :

[color=white]-Franchement je ne vois pas pourquoi tu le louperais hein. Tu as largement le niveau alors passe nous ce foutu PEI. Et surtout le plus important, ne te fait pas avoir par Tudor.[/color]

Jeff avait aimé ces paroles mais il se demandait si on ne lui avait pas dit ça, juste pour lui faire plaisir. Il pensait à Mélodie. Tous les jours. Ils pourraient partir en mission, tous les deux après le PEI. S'il y arrivait bien sur. Si jamais il se loupait, plus de Mélodie et une vie normale... Quatre jours. Le temps passait tellement doucement que Jeff avait l’impression d’avoir passé un mois depuis son inscription alors qu’en fait il ne s’était passé que cinq jours. Jeff avait peur. Pas une peur normale en plus. Une peur horrible qui faisait qu’il n’allait pas bien. Il avait peur de louper le PEI, peur de perdre Mélodie, peur de rater sa vie aussi. Peur de beaucoup de choses qui n’était pas spécialement faites pour les adolescents. Des choses qu’on laissait aux parents. Mais quels parents ? Jeff réfléchissait. S’énervait. Pleurait. Dormais. Il ne mangeait pas. La peur se disait-il. Sauf que les agents n’avaient pas peur comme ça avant le PEI. Trois jours. Le temps commençait à s’accélérer. Jeff voulait aller voir Mélodie mais il n’en avait pas le courage. Il aurait aimé aller voir Bailey pour lui parler de ses peurs mais il n’était plus là... Jeff se sentait étrangement seul. Ce n’était pas spécialement nouveau pour lui mais il n’allait pas bien. Il décidait alors de vivre normalement pendant encore trois jours. Il pensait à Mélodie mais ne pouvait pas aller la voir. Il n’osait pas faire ça. Pas encore. Il commençait à aller mieux. Alors il courut. Il courut comme ça sans penser à rien à part au PEI. Il pensait à sa peur aussi. Une peur qui rapetissait de plus en plus. Jeff s’arrêta à la fin de la soirée. Il rentra dans sa chambre, prit une douche rapide, et dormit à la seconde ou sa tête se posa sur l’oreiller. Il se réveilla d’un coup vers huit heures et s’assit sur son lit. Il aurait aimé se retrouver avec Mélodie, un membre du trio infernal ou Izaac... Les autres... Il ne les connaissait pas vraiment. Il avait déjà croisé Skyra ou Léo dans les couloirs et il les connaissait de vue. Mais sans plus. Jeff fit quelques abdos puis alla prendre un bon bain avant d’aller manger un morceau. Il remonta ensuite dans sa chambre. La journée se passa dans la chambre à faire des abdos, des tractions ou des pompes mais comme il était encore un peu jeune, il ne soulevait pas encore de poids. Il se coucha vers vingt heures trente et s’endormi de fatigue. La seconde journée se passa comme la première sauf qu’il dormit plus pendant la journée et que c’était surtout le veille de commencement du programme d’entraînement. Jeff mis son réveil à 5 heures histoire d’arriver en avance. Quand il se leva, il vit une petite enveloppe près de sa porte. Il s’approcha et l’ouvrit doucement :


[center]FUTUR POTENTIEL AGENT JEFF BAYAM :

EQUIPIERE : SKYRA OXFFORD

BONNE CHANCE MORVEUX

TUDOR ANTHONY CHEF DES OPERATION[/center]


Si c’était pour réconforter Jeff, ça ne marchait absolument pas. Par contre, si c’était pour l’énerver, c’était parfait. Jeff s’énerva donc, tout seul comme un grand dans sa chambre. Il ne connaissait pas encore TUDOR. Il ne l’avait jamais rencontré. Mais il le connaissait de réputation. Pas une très bonne réputation d’ailleurs. Jeff se prépara et il était près vers cinq heures trente. Il se rendit ensuite au camp d’entraînement. Il n’était pas en retard du moins pas encore. Ça l’étonnait juste que l’instructeur ne lui est pas mis des bâtons dans les roues. Une chance peut être. Jeff arriva devant l’ascenseur et appuya sur le bouton. Il ne marchait pas ! Jeff avait six étages à descendre et en courant. Alors il ne perdit pas plus de temps et sauta dans les escaliers et sprinta. Il sautait d’étage en étage. Quand il arriva en bas il se heurta à une tête connue : Arthur, le gros bras avec qui il avait eu un accrochage un fois sur un banc. Jeff se dis que ce n’était vraiment pas le moment :

[color=white]- Oh non s’il te plait ne fais pas ça Arthur.[/color]
Arthur s’avançait déjà avec l’air menaçant :

-[color=white] Comme t’es sûrement pas près de t’excuser, c’est moi qui vais m’excuser à ta place d’accord ? Ahah Tu va avoir mal aux dents mon petit.[/color]

Petit ??

[color=white]-Tu parle de qui gros lard ??!! [/color]

Jeff fit mine de courir vers la gauche mais passa entre les jambes du géant et le poussa de toutes ses forces avant de renverser le géant et de courir vers la porte. Il ferma la porte, se retourna et prit deux grosses pierres qui servaient à tenir les portes et les plaça contre la porte fermée. Ensuite il se retourna et continua de courir. Il arriva devant le camp d’entraînement et regarda derrière lui pour voir si Arthur l’avais suivi. Apparemment non mais on n'était jamais sur de rien. Jeff se dis ensuite qu’il était tombé sur Skyra ! Il n’avait vraiment pas de chance. Quand il arriva devant le batiment, il tomba sur Océane. Elle lui dis :

[color=white]- Je ne te connais pas, et toi de même je suppose. Tu es en retard au premier jour du PEI, et s'il y a bien un truc que Tudor déteste par dessus tout, c'est bien les tires au flan et les fainéants.
On va donc faire un deal, le choix te revient...
Ou tu te bats contre moi dans les règles de l'art, et je t'explose sur le tatami. Tu rentreras alors à 6h du matin au camps. Et je ne sais pas ce que Tudor te réservera par la suite comme punition.
Ou bien alors je te laisse entrer là de suite au camps, Tudor ne te diras rien, ne te donneras aucune punition, mais l'un des agents déjà sur place endurera la punition à ta place...
Décide toi vite![/color]

Jeff allait effectivement répondre qu’il passait sans se battre et qu’un autre allait déguster.

[color=white]- Ok je passe et un autre va prendre pour moi mais... Mais si il mange trop, j’interviens.[/color]
Jeff entra et vit Alex qui faisait des pompes. Il alla s’aligner à côté de Mélodie, Léo, Bastian et Izaac. Il regarda Mélodie du coin de l’œil mais il n’était pas sur qu’elle l’ais vu. Ensuite il dis doucement :

[color=white]- Salut les mecs. Apparemment ça commence fort. Enfin les mecs et Mélodie bien sur pardon c’était un reflex. Pauvre Alex n’empêche...[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Cédric Beckett

avatar

➝ Humeur : Très très très très cool
➝ Messages : 35
Age : 17

Dossier
Compétences:
Missions:

MessageSujet: Re: 1ère journée   Jeu 18 Oct 2012 - 11:02

Le matin du Programme d’entrainement initial vers 5h30 :

Cédric somnolait dans sont il mais les finit relié doré du soleil qui passa a traves des rideaux de sa chambre qui l’obligea à se lever mais le t-shirt bleu clair avait tout prévu et comme il s’était levé 5 minutes plus tôt que prévu il aurait plus de temps pour se préparer. Il se dirigea vers son bureau en caleçon. Mais il trébucha sur un sac d’affaires salles avec des sous-vêtements salle et des t-shirts bleu claire usés jusqu'à la corde qui avaient étaient posés la commune à chaque session du programme d’entrainement initiale il les garderait pendant 100 jours sans les changer mais il avait aussi un sac de plus de vingt kilos qu’il devra porter tout au long Programme d’entrainement initiale dedans il y avait des objets qui ne lui serviraient jamais mais vu comme il connaît les instructeurs du Programme d’entrainement initiale sur tout Tudor qui est un sadique de première il n’y a pas pire que lui ça c’est sur il ne sortit rien du sac pour ne rien perdre ce serait bête de se faire pourrir par les instructeurs car il avait oublié telle ou telle chose. Cédric les mit de côté pour les prendre quand il sortira de sa chambre pour aller manger et sorti d’un des tiroirs de son bureau une liste fait depuis plusieurs jours qu’il avait mis au propre la veille. Il déchiffras.

5 h 30 Je me réveille je prends ma douche et je m’habille.
5 h 35 Je descendre au réfectoire et je mange
5 h 45 Je me diriger vers le parcours de combat que je vais peut-être haïr jusque-là fin de ma vie
5 h 50 J’arrivais au parcours de combat je m’attends au pire
6 h 00 Je stress : suspense

Le t-shirt bleu clair se dépêchait de prendre ça douche quand il ressortit il sentait l’orage mais il se dit que cela ne durait pas longtemps il sortit du sac gris rempli des vielles affaire il découvrit un caleçon ETX qui devait avoir au moins 5 ans car il avait le même en plus petit quand il était en Allemagne il y a plus de 5 ans mais il l’enfila vite, sur le t-shirt bleu-clair il y avait collé un numéro le 3 cela voila y avait aussi veut dire qu’il sera dans l’équipe 3; son short était rempli de terre il le secoua de toutes ses forces pour faire tomber la terre il se dit qu’il nettoiera sa quand il reviendra dans peut-être 100 jours; il trouva au fond du sac une paire à ranger noir mais qui avait viré au gris blanc le pire c’est qu’elle était trop grande pour lui alors il prit dans sa boîte de mouchoirs 2 mouchoirs et les plia en 2 mais ce n’était pas assez épais alors il les plia en 4 et le mis abord devenant maïs cela lui fessait malle aux orteils alors il les mit derrière son talon et cela fessait comme si elles étaient à sa taille une fois le problème résolu, , il sortit de sa chambre et se dirigeait vers le réfectoire en empruntant l’escalier de fer de couleur rouge mais par endroits il avait viré au gris avec l’usure, pour s’habituer à la température de plomb qui assommait tous les agents sur le campus en pleine été le ciel été bleu avec quelques nuages blancs par endroits mais surtout un soleil éclatant qui éclairer déjà tout le campus. Arrive au réfectoire il n’y avait personne le jeune garçon se dit que les autres bleu clair qui passent le Programme d’entraînement Initiale en même temps que lui et soit en retard soit en avance il se sert une pleine assiette de bacon et une tasse de lait froid car il fait déjà asser chaud dehors, Il se dit qu'il n’aura pas de tels aliments à déguster pendant 100 jours alors il en profitera, il s’assit à une table et dégustait son assiette de bacon bien remplie, il vit plusieurs t-shirts rouges passer dans la file vide l’aire pressé, Cédric pensait qu’ils avaient une punition à remplir et qu’ils étaient en retard et qu’ils aller se faire gronder fortement mais quand il regarda sa montre Ushuaïa s il s’arrêta net et ne bougeait plus il avait tous les yeux rivés sur lui. qui indiquait 5 h 44, qu’il avait bien fait de prendre ce car ci il avait pris sa montre Adidas à 150 € il ne la retrouverait pas en très bon état alors il préférait que ce sois sa montre à 15 € se serait plus économique, il engloutit sont vers de lait d’un trait et alla reposer ses couverts et son plateau dans leur piller et se dirigea vers le parcours d’entraînement,? Il se sentait bien il y avait une fine brise qui lui caressait le visage le soleil ne tapait pas encore alors il ne fessait pas trop chaud il se dit que sur un point son Programme d’entraînement Initial était mal placé comme par hasard il se passait en été mais bon il devait s’y faire alors il reprit sa route vers les bâtiments du début de son Programme d’entraînement Initiale. Quand il arriva vers le bâtiment du début de son Programme d'entraînement Initiale il sentit le stress l’envahir il pensait aux choses les plus horribles qu’il soit comme rater son Programme d'entraînement Initiale et rester encore t-shirt bleu clair pendant plus de 3 mois en attendant la prochaine session du programme d'entraînement Initiale mais il se reprit et marcha droit jusqu'à l’entrée mais il vit une file avec les agents habillés comme lui qui fessaient la queue devant la porte du bâtiment, il reconnut la tête d'Océane le t-shirt bleu-marine on lui en avait parlé c’est elle la rédactrice de la gazette du campus qui avait écrit un article sur lui une longue histoire d’amour, mais il paraît qu’elle était sadique, très sadique, alors il se méfiera d’elle, il regarda sa montre il vit qu’il était 6 h 02 s 24 la il commença à trembler car il était en retard mais il continua d’avancer et s’arrêta il était figé il ne pouvait plus bouger il tremblait de plus en plus fort plus car tout les agents le regardaient comme ci il était un Extraterrestre
Revenir en haut Aller en bas
http://cherub-communautee.avoirunforum.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1ère journée   

Revenir en haut Aller en bas
 
1ère journée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [COMPOSITIONS] 1ère journée
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives :: Archives :: Le Campus :: Camp d'entraînement :: Session n°9-
Sauter vers: